Le blogue

Bienvenue au blogue de Réseau CS! Notre blogue vous renseignera sur l’actualité, les ressources et les sujets touchant la promotion de la santé ainsi que les événements, activités et ressources de Réseau CS. Parmi nos blogueurs, nous comptons des membres du personnel et des consultants de Réseau CS, ainsi que des membres de nos organisations partenaires, des clients et des experts dans le domaine de la promotion de la santé. Veuillez noter que les opinions affichées sont celles des auteurs et pas nécessairement celles de Réseau CS ou de notre bailleur de fonds.

Pour voir les blogues passés, s'il vous plaît cliquez sur l'icône d'accueil (maison) en bas à la gauche. Pour la liste complète des blogues publiés cliquez sur l'icône calendrier.

Une nouvelle ressource : Trousse d’animation pour les communautés en santé

sibbet quoteDans le cadre de mon travail à Réseau CS (et surtout avec les groupes communautaires), j’ai animé plus de réunions et de formations que je peux en compter, et essayé autant de techniques de facilitation! Quelques-unes ont marché,  et d’autres ont été désastreuses. Je crois que l’animation est un art tout comme David Sibbet le définit. Ça prend beaucoup d’années à le comprendre, à le pratiquer, et l’expérimenter, en fait c’est un apprentissage continu.

 Les consultants et les consultantes à Réseau CS ont beaucoup d’expérience  avec l’art de l’animation. L’année passée, nous avons écrit une série d’articles du blogue (en anglais) sur diverses approches et techniques d’animation.  Nous vous présentons la nouvelle ressource, Trousse d’animation pour les communautés en santé. Elle est adaptée de l’information fournit dans des blogues, pour vous aider dans vos efforts de facilitation. Cette trousse propose de brèves descriptions et des directives pour plusieurs techniques auxquelles font fréquemment appel les consultants et les consultantes de Réseau CS.

Avant de choisir une approche d’animation, il y a divers facteurs à considérer. À mon avis, le facteur le plus important est le but de la réunion. Après l’avoir identifié, considérez :

  • l’objectif global et les résultats attendus de l’activité,
  • la situation ou le contexte dans laquelle se trouve la communauté, les personnes ou groupes participants,
  • la personnalité et les préférences du groupe.

La trousse vous propose sept techniques de facilitation. Toutes ces techniques, fréquemment utilisées par l’équipe de Réseau CS, ont été mises au point par d’autres consultants et organismes, et au fil du temps, les façons de les mettre en œuvre ont évolué.

  1. Activités brise-glace – pour permettre aux gens d’apprendre à se connaître et d’établir des liens.
  2. Visualisation – pour faire ressortir des idées pour l’avenir.
  3. 1-2-4-tous – pour recueillir des idées et de l’information dans un groupe.
  4. La sagesse du groupe – pour mettre à profit la sagesse des participants dans la salle.
  5. Enquête appréciative – pour mettre en lumière les atouts d’un groupe et créer une vision commune en vue du changement.
  6. Émettre des idées et établir un ordre de priorité – pour appuyer la planification stratégique et la prise de décisions.
  7. Théâtre populaire – pour recourir au théâtre en tant qu’outil de transformation social.

Bon courage avec vos efforts de facilitation! N’hésitez pas à nous contacter si vous voulez l’appui de Réseau CS!

Partager cet article :

21 lectures
0 commentaires

Tout ce qu’il faut savoir sur les premiers résultats du recensement de 2016

Par Patrick Delorme, Consultant bilingue en promotion de la santé, Réseau CS
 
Chaque cinq (5) ans, un recensement est réalisé au Canada. Cet exercice est utile parce qu’il apporte des informations importantes aux planificateurs de tous les secteurs. Le dernier recensement date de 2016. Statistique Canada vient juste de publier ce 8 février 2017, les premiers résultats portant sur les chiffres de population et des logements. Voici  quelques-uns des résultats les plus saillants :

1-    Dorénavant, la population du Canada a franchi le cap des 35 millions (35.2) soit un gain de 1,7 million par rapport au recensement de 2011.
2-    Il y a eu une variation de la population de 5% entre 2011 et 2016
3-    Les deux tiers (2/3) de cette croissance démographique sont attribuables à l’immigration car le taux de fécondité  demeure à 1,6 enfant par femme pour l’ensemble du Canada, sauf au Nunavut ou il est à 3 enfants par femme.
4-    On observe une ruée de la population vers l’Ouest au cours des cinq (5) dernières années. En effet, les 3 provinces de la prairie Alberta, Manitoba et Saskatchewan, ont respectivement vu leur population augmenter de 11,6%, 5,8%, 6,3%. En revanche la population a diminué de 0.5% au Nouveau Brunswick.
5-    Les grandes métropoles ont aussi vu une croissance de leur population : Toronto est maintenant à 6 millions, Montréal : 4 millions et Vancouver : 2.5 millions. Ces chiffres confirment la tendance d’une urbanisation galopante à l’échelle du pays.
6-    Il faut aussi noter que la majorité de la population canadienne soit 2 canadiens sur 3, vivent à moins de 100 kilomètres de la frontière avec notre voisin du sud, les états Unis. Cette zone géographique représente seulement 4% du territoire canadien
7-    La population de l'Ontario et du Québec représente 61,5 % de la population canadienne.
8-    L'Ontario demeure la province la plus peuplée avec  13,4 millions d’habitants, soit près de 40 % de la population canadienne.
9-    Le total des logements privés recensés est de : 15 412 443
10-    Le Canada affiche une densité de 3,9 personnes par kilomètre carré, par rapport à 35,3 personnes par kilomètre carré aux États-Unis.

Comparé aux pays du groupe G7, le Canada présente la plus forte croissance démographique en 2016.

Qu’en est-il de la population francophone du Canada?

Les données ventilées par communautés culturelles et linguistiques ne sont pas encore disponibles. Elles le seront en été 2017 selon statistique Canada.

Pour en savoir davantage sur le recensement 2016, consultez :

Partager cet article :

378 lectures
0 commentaires

Jeunes, consommation de drogues et santé mentale

Le gouvernement fédéral actuel veut légaliser la marijuana à des fins récréatives d’ici la fin de son mandat. Le gouvernement prévoit  l’introduction du projet de loi – attendu au printemps – basé sur les recommandations du groupe de travail mis  sur  pied par Ottawa pour étudier la légalisation du cannabis. Le rapport du groupe de travail mené par Anne McLellan, qui inclut plus de 80 recommandations, a été déposé en décembre 2016.

Parmi les recommandations il est proposé  que l’âge minimal pour acheter du cannabis soit fixé à 18 ans.

Malgré ces arrangements, la même crainte émerge chaque fois que le débat sur la légalisation de la marijuana fait rage : ce changement va-t-il inciter les jeunes à consommer davantage?

 L’Organisation mondiale de la Santé a comparé la consommation au cours des 30 jours précédents chez les jeunes de 15 ans dans 40 pays et a conclu que la consommation des jeunes canadiens était la deuxième plus élevée parmi les pays examinés (13 %), surpassée uniquement par celle de la France (15 %) (Organisation mondiale de la Santé, 2014). Ce taux de consommation illustre le besoin de mieux comprendre les idées fausses et les attitudes des jeunes Canadiens sur le cannabis.
Dans le  but de mieux comprendre les échanges sur le cannabis qui ont lieu chaque jour dans les écoles, à la maison et dans les centres communautaires, le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCLT) vient de publier le rapport intitulé Les perception des jeunes Canadiens sur le cannabis.

 Parmi les conclusions du rapport : les jeunes ne croient pas que la marijuana peut entraîner une dépendance ni qu’elle est nocive.

Le rapport du CCLT met en évidence la complexité de l’enjeu de la consommation de marijuana chez les jeunes et confirme l’importance de présenter des messages factuels aux jeunes en ce qui a trait à la science entourant les effets de cette substance.

Quelle est la situation en Ontario particulièrement chez les jeunes franco-ontariens?

Le Sondage sur la consommation de drogues et la santé des élèves de l’Ontario (SCDSEO) du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) vient avec des faits et offre la possibilité de surveiller les impacts potentiels dans nos collectivités.

Le SCDSEO est effectué tous les deux ans auprès d’élèves ontariens de la 7e à la 12e année et il représente la plus ancienne étude du genre menée en permanence au Canada. Les conclusions du SCDSEO peuvent aider les enseignants, les responsables des politiques et les jeunes à comprendre les tendances en matière de santé mentale et de consommation de drogues afin d’orienter les activités et les services afférents.

Le Réseau CS, en partenariat avec le Centre de ressources en promotion de la santé du Programme de soutien au système provincial de CAMH, offre un webinaire en deux parties – le 2 et 9 mars prochain - aux fins suivantes :

•    Présenter les résultats du SCDSEO de 2015
•    Discuter les principales tendances chez les jeunes en Ontario
•    Explorer les différences entre les jeunes francophones et les élèves non francophones en Ontario en ce qui a trait à la consommation de drogues et à l’état de santé mentale et physique
•    Illustrer  de la façon dont les données du SCDSEO peuvent s’appliquer aux différents échelons de prise de décision et de planification des services
•    Discuter  sur la manière dont les résultats peuvent éclairer la promotion de la santé, l’éducation ou le milieu de la santé publique sur le plan local.

Joignez-vous à nous pour mieux comprendre les enjeux chez les jeunes franco-ontariens et partagez des pistes d’action aux futurs efforts d’éducation et de prévention.
 

Partager cet article :

325 lectures
0 commentaires

La nourriture – un merveilleux outil dans la création d’une approche collaborative

Quelles sont les raisons pour lesquelles vous vous engagez à participer à un groupe, un comité, ou même un évènement communautaire?

Je crois que le partage d’un repas est un outil magique pour mobiliser les membres de la communauté repaset même peut-être changer notre destinée.  Donc, c’est avec une belle grosse table, couverte de délicieux hors-d’œuvres, et  des bouteilles de Gizou (des jus artisanaux de fraises et de rhubarbes) que près de vingt leaders francophones et francophiles ont pris part à une séance de réseautage.

Assiettes remplies de viandes froides, légumes, pain et trempette de fromage et artichauts, ces participants se sont regroupés dans le foyer de la Maison des Barrons forestier afin de discuter des succès et des enjeux de la communauté francophone – en plus d’explorer comment les carrefours communautaires pourraient être des solutions pour rendre la vie des gens plus facile.

Sylvie Sylvestre, agente de planification pour le Réseau du mieux-être francophone du Nord de l’Ontario, a présenté par Skype un modèle d’engagement communautaire, les Carrefours et les Tables santé.  Sylvie et son ami en carton Sylvain (qui représente tous les francophones vivant au Nord de l’Ontario) ont partagé leurs meilleures pratiques pour appuyer une approche collaborative.  Voici quelques points clés que j’ai pu noter :

•    Recruter les leaders d’organismes, en plus de recruter dans tous les milieux (secteurs)
•    Mettre l’accent sur les bonnes choses qui se passent dans la communauté
•    Partager vos ressources et offrir des occasions de formation
•    Assurer une communication continue
 
 
 carrefoursÀ la suite à cette présentation, il y a eu une discussion au sujet des carrefours communautaires.  Est-ce que vous vous demandez ce qu'est un carrefour communautaire?

C’est un centre (virtuel ou physique) dynamique qui cherche à :

•    Promouvoir une communauté vibrante et accueillante;
•    Répondre aux besoins de tous les membres de la communauté;
•    Encourager le développement de partenariats;
•    Offrir un accès à des services et des programmes plus efficaces et plus viables.

Avec les mots de Sylvie frais dans notre mémoire – les leaders francophones et francophiles ont pris part à des discussions fructueuses. 
 
Il y a eu un partage d'histoires de succès :
 
Le développement d’un conseil des arts
 
Un rappel sur l’importance de la communication :
 
Pour avancer avec ce projet, tout le monde doit être sur la même page
 
Et, le besoin d’engager tous les membres de la communauté :

Il n’y a pas de recette magique dans le développement de carrefours communautaires.  Ça doit être fait pour la communauté et par la communauté.  C’est du point de vue de la clientèle – répondre aux besoins des familles.
 
Il va sans dire que nous avons des leaders francophones et francophiles qui sont dévoués au bien-être de leurs communautés.  L’expertise des participants a identifié  un besoin de créer de plus amples occasions de réseautage interculturel et multi-sectoriel  favorisant un environnement où chacun se sent engagé et inclus.  Ce fut un véritable plaisir de pouvoir organiser cet évènement avec le Réseau CS, et d’assister au développement de partenariat.
5a7
 
Mélissa Boivin
Navigatrice systémique Meilleur départ - Profil francophone
The District of Timiskaming Social Services Administration Board, cohôtesse du rassemblement du 11 janvier à Timiskaming

Partager cet article :

258 lectures
0 commentaires

L’importance du jeu

Les recherches misant sur le développement des enfants nous indiquent que le jeu est essentiel à la santé physique et au bien-être émotionnel de l’enfant. Le jeu est si crucial au développement sain des enfants que les Nations Unies ont déclaré le jeu comme étant un droit fondamental de l’enfant.

Jouer fait partie du comportement naturel d’un enfant – c’est en jouant qu’il explore son milieu et qu’il arrive à comprendre le monde qui l’entoure. Grâce au jeu, les enfants éprouvent une admiration envers le monde qui les entoure et la joie de la liberté du jeu. Ces émotions leur permettent d’établir des liens solides avec le monde naturel, d’acquérir une vision positive d’eux-mêmes dans ce monde et de cultiver leur confiance en soi.

Action communautaire Enfants en santé est un élément clé de la Stratégie pour la santé des enfants, une initiative pangouvernementale qui vise à promouvoir la santé des enfants. Elle est axée sur un départ sain, une alimentation saine et des collectivités actives et en santé. L’activité physique, sous la forme de jeux,  aide les enfants à adopter un mode de vie plus sain, et à aimer ça. Les habitudes formées tôt sont souvent prises pour la vie.

Le 8 février prochain, le Centre de ressources Meilleur départ offre un atelier d’une journée animé par Pierre Harrison.

Cet atelier explore divers aspects du jeu libre et spontané de l’enfant. Les participants auront beaucoup de temps pour jouer avec une multitude de pièces détachées. Ceci leur permettra de plonger dans ce monde d’apprentissage par le jeu qui est à la base du développement sain de l’enfant.


Partager cet article :

303 lectures
0 commentaires

Le blogue

ReseauCS Réseau CS ressource : Trousse d’animation pour les communautés en santé https://t.co/JiPFjFjGEy https://t.co/yi4iVQYWjI
ReseauCS 14 septembre 10:00-12:00 HAE : Échange/discussion sur les facteurs clés d’un partenariat réussi https://t.co/9V4tPaujhJ