thinkingbubble

Le blogue

Bienvenue au blogue de Réseau CS! Notre blogue vous renseignera sur l’actualité, les ressources et les sujets touchant la promotion de la santé ainsi que les événements, activités et ressources de Réseau CS. Parmi nos blogueurs, nous comptons des membres du personnel et des consultants de Réseau CS, ainsi que des membres de nos organisations partenaires, des clients et des experts dans le domaine de la promotion de la santé. Veuillez noter que les opinions affichées sont celles des auteurs et pas nécessairement celles de Réseau CS ou de notre bailleur de fonds.

Pour voir les blogues passés, s'il vous plaît cliquez sur l'icône d'accueil (maison) en bas à la gauche. Pour la liste complète des blogues publiés cliquez sur l'icône calendrier.

Savoir dompter Bonhomme hiver !

Cela peut paraître redondant de répéter à quel point il faut bien se protéger durant la saison froide au Canada, mais chaque année, nos hôpitaux en voient les résultats tangibles : engelure, hanches brisées dues aux chutes sur la glace, blessures d’accidents de la route par temps de tempête, etc. Dans bien des cas, ces troubles et dangers peuvent être prévenus, avec une préparation adéquate et suffisante.
 
Dans quelles conditions habitez-vous ? Bien connaître sa région

Bien évidemment, cela peut dépendre de la région où l’on habite, car même au Canada, nous constatons des écarts divergents de l’hiver — comme nous avons vu récemment, avec la tempête Jonas qui s’est abattue sur la côte est nord-américaine. Alors que dans le sud de l’Ontario, région qui peut recevoir généralement moins d’accumulations, le vent glacial des Grands Lacs peut rapidement faire chuter les températures bien en deçà du zéro, un froid qui transperce les vêtements ! C’est important alors de savoir à quoi nous sommes confrontés. Un gros parka bourré de duvet d’oie peut être approprié à un endroit, alors qu’un habillage progressif « en pelures d’oignon » ou « en couches » est mieux adapté ailleurs.

Les plus à risque : enfants et aînés

Enfants et personnes aînées sont particulièrement à risque durant cette saison. Souvent, le vieillissement et la maladie chez les personnes âgées ainsi que la préoccupation du jeu chez les enfants, font en sorte qu’ils sont moins conscients de leur environnement. Citons, par exemple les gens atteints d’Alzheimer qui ne peuvent pas vraiment savoir à tout moment si leur corps est assez chaud ou pas. « Par ailleurs, certaines personnes auront plus de difficultés à se tenir au chaud à cause du diabète, de troubles thyroïdiens et de l'arthrite, ou de la prise de certains médicaments. » À ce sujet, le professeur Philippe Huber, médecin au Service de gériatrie des Hôpitaux universitaires de Genève, partage de nombreuses recommandations. Peut-être la plus importante c’est de « maintenir une activité physique et des contacts sociaux » malgré le froid, car sa santé y est intimement liée…

Quant aux enfants, d’autres particularités s’appliquent, comme nous le rappelle la Société canadienne de pédiatrie* :

•    Les jeunes enfants dégagent moins de chaleur et ont froid plus rapidement que les adultes.
•    On doit vérifier SOUVENT si notre enfant est au chaud et au sec pendant qu’il joue dehors.
•    Toujours porter un casque de ski ou de hockey, mais pas un casque de vélo, pour faire de la luge. Quant au patinage, ils recommandent de porter un casque de hockey bien ajusté et certifié CSA.
•    Il faut emmitoufler davantage son nourrisson si on le tire dans une luge. Puisqu’il ne bouge pas, il ne produira pas autant de chaleur corporelle pour le réchauffer.

« Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver ! »

Les citoyens nouvellement immigrés au Canada et provenant de climats où la neige et le froid sont inexistants, peuvent aussi être tentés de ne pas s’aventurer dans ce « monde inconnu » ou ne pas savoir comment bien le « gérer ». À cet effet, plusieurs organismes communautaires à travers le pays offrent heureusement des cours de sensibilisation sur l’hiver et sur ses responsabilités (de déneigement par exemple) ainsi que sur les précautions à prendre par rapport à la conduite d’automobile et de l’entretien à domicile par exemple. C’est fortement à conseiller pour toute personne qui vit un premier hiver au Canada, car nous savons tous comment ils peuvent être très longs!

Rester actifs malgré le froid, dans le froid!

Santé Canada invite les citoyens à accueillir à « bras ouverts » cette saison pour profiter des divers plaisirs qu’elle offre et ce faisant, « de penser à son cœur » en demeurant actif. C’est vrai que plusieurs gens « hibernent » durant ces mois de froid alors que, habillés chaudement et correctement, on peut vraiment s’amuser dans ce pays de neige et de glace! Il faut prendre de l’air frais chaque jour, pour s’oxygéner le cerveau et le sang. En ce sens, Santé Canada offre ces trucs pour inciter son enfant à aller jouer dehors - ce qui crée chez eux de bonnes habitudes qu’ils sont susceptibles de garder plus tard dans la vie, y ayant pris goût jeunes :

    ▪    Prenez le temps de lui expliquer pourquoi l'air frais et l'exercice sont bons pour sa santé.
    ▪    Demandez à votre entourage d'accueillir tour à tour les enfants dans leur cour et de fournir du matériel amusant pour qu'ils puissent confectionner un fort ou un bonhomme de neige.
    ▪    Filmez vos enfants en plein jeu. Ils pourront ainsi constater d'eux-mêmes tout le plaisir qu'ils ont à jouer dehors lorsqu'ils sont habillés chaudement.
    ▪    La prochaine fois que vous aurez à pelleter l'entrée, encouragez les jeunes à vous aider. Donnez-leur une pelle pour enfant et laissez-les participer. Ils se sentiront valorisés et leur santé s'en portera mieux.
    ▪    L'exercice ouvre l'appétit. Lorsque les enfants rentrent à la maison les joues toutes glacées, offrez-leur une collation santé ou un bon chocolat chaud.
 
D’autres précautions s’imposent pour la sécurité routière aussi pour être prêt à affronter non seulement le froid, mais toute situation d’urgence qui puisse survenir. Santé Canada offre d’excellents conseils à cet égard.
 
Rappelons en terminant que l’hiver en tant que tel n’est pas vraiment dangereux, hormis les tempêtes vraiment perturbatrices. C’est plutôt la façon dont on s’y adapte qui nous met, ou pas, en péril de ses particularités.
 

*La Société canadienne de pédiatrie offre aussi d’autres conseils très pratiques sur d’autres sujets bien pertinents comme le bien-être des enfants en milieu de garde, les engelures, des conseils pour le ski et la planche à neige et la motoneige.

Partager cet article :

0
Une expérience d’adaptation basée sur les données ...
Et toi, tu parles quoi ?

Commentaires

 
Pas encore de commentaire
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Guest
vendredi 15 novembre 2019
Vous ne disposez pas des droits nécéssaires pour poster un commentaire.

Le blogue