thinkingbubble

Le blogue

Bienvenue au blogue de Réseau CS! Notre blogue vous renseignera sur l’actualité, les ressources et les sujets touchant la promotion de la santé ainsi que les événements, activités et ressources de Réseau CS. Parmi nos blogueurs, nous comptons des membres du personnel et des consultants de Réseau CS, ainsi que des membres de nos organisations partenaires, des clients et des experts dans le domaine de la promotion de la santé. Veuillez noter que les opinions affichées sont celles des auteurs et pas nécessairement celles de Réseau CS ou de notre bailleur de fonds.

Pour voir les blogues passés, s'il vous plaît cliquez sur l'icône d'accueil (maison) en bas à la gauche. Pour la liste complète des blogues publiés cliquez sur l'icône calendrier.

Série de webinaires: Résultats du sondage 2013 sur la consommation de drogues et la santé des élèves de l’Ontario (SCDSÉO) – 1ère partie

Nous terminons tout juste la première partie de notre série de webinaires sur le sondage 2013 sur la consommation de drogues et la santé des élèves de l’Ontario en partenariat avec le centre de ressources en promotion de la santé du Centre de toxicomanie et de santé mentale.


A cette occasion, Chantal Wade du Centre de toxicomanie et de santé mentale nous a informé que les chercheurs de l’équipe du SCDSÉO seraient en mesure de partager la semaine prochaine, en avant-première, des résultats spécifiques aux francophones. INSCRIVEZ-VOUS ICI!


Le SCDSÉO réalisé par CAMH, est la plus ancienne étude menée auprès des adolescents en milieu scolaire au Canada. C’est un sondage anonyme mené auprès des élèves de 7e à 12e année des écoles financées par des fonds publics de l’Ontario.
Le sondage porte sur la consommation de drogues, la santé mentale, la santé physique, l’intimidation, les jeux de hasard et d’autres comportements à risque.

Ce premier webinaire nous a permis de découvrir un aperçu des résultats mettant l’accent sur les principales tendances et les sphères d’amélioration et de préoccupation.


Pour discuter de ces résultats nous avons été rejoints par un groupe d’experts :
•    Toula Kourgiantakis, Thérapeute conjugale et familiale, Institut ontarien du jeu problématique de CAMH
•    Loïs Alexanian, Directrice des services aux adolescents, Maison Fraternité.
•    Yolène Deschênes, Thérapeute, Équipe des services pour les adolescents(es) et leur famille, Maison Fraternité

Nos invités ont notamment partagé avec nous les points qui les ont les plus marqués dans les résultats du sondage qu’il s’agisse de bonnes nouvelles ou de sources d’inquiétude.

Alors voici quelques-uns de ces points sans ordre particulier :

Consommation de drogues :
 
-    Les résultats du sondage démontrent plusieurs baisses significatives au cours des années (Alcool, boisson énergisante et inhalant depuis 2011 et 17 baisses significatives depuis 1999 incluant le cannabis) certaines atteignant même leur niveau le plus bas (SCDSEO, p. xiii et xv). Ce n’est pourtant pas ce que nous laisse entendre les médias qui laissent parfois croire à la population que la consommation de drogue est présentement un fléau hors contrôle ce qui n’est pourtant pas le cas.

-    Le sondage indique que la majorité (70%) des jeunes qui avaient pris des médicaments sous ordonnance à des fins non médicales se les était procuré chez eux (SCDSEO, p.xviii). Ça démontre l’importance de faire de la prévention concernant l’entreposage sécuritaire des médicaments du côté des parents. Pour leurs propres enfants mais aussi pour tous ceux et celles qui utilisent leurs salle de bains, les amis de leurs enfants, les neveux et nièces, etc.

-    Quand on rattache ce chiffre aux données pour le suicide (Santé Mentale, p. xiv), qui d’ailleurs est en augmentation depuis le dernier sondage, je trouve très inquiétant de penser qu’1 élève sur 8 a sérieusement songé au suicide au cours de l’année précédant le sondage et que des médicaments susceptibles d’être utilisé en cas de tentative sont si accessibles.

-    Un cinquième des élèves indique qu’on leur avait proposé, vendu ou donné une substance illégale à l’école (SCDSEO, p.xxi). Malgré tout, bon nombre d’écoles dans lesquels nous offrons nos services persistent à croire qu’il ni a ni vendeurs ni consommateurs dans leur école.

-    École et quartier : Parmi tous les élèves, ce sont ceux de la 8e et de la 9e année qui ont été les plus nombreux à déclarer que c’est à l’école qu’on leur a enseigné les effets de l’alcool, du cannabis ou d’un autre drogue.

-    Problèmes liés à la consommation de drogues : 17% des élèves de la 9e à la 12e année ont signalé avoir connu des symptômes liés à l’usage de drogues et seulement 1% ont suivi un traitement de l’alcoolisme ou de la toxicomanie.

-    Prise de médicaments en vente libre à des fins non médicales : antitussifs – environ 10 % des jeunes de la 7e à la 12e année ont déclaré avoir pris ce type de médicament pour « planer ».
 
Santé mentale :
 
-    Problèmes concomitants : Environ 28% des élèves au secondaire ont dit avoir un de ces problèmes (détresse psychologique, comportement antisocial, consommation dangereuse ou nocive d’alcool, problème lié à l’usage de drogues. Il reste environ 1 jeune sur 5 qui a dit avoir des troubles concomitants, au moins 2 ce ces problèmes. 

-    Plus du quart des élèves (28%) ont dit qu’ils auraient aimé parler d’un problème de santé mentale à quelqu’un mais ne pas avoir su à qui s’adresser. Pourtant, il y a des services dans nos écoles : Travailleurs sociaux, éducateurs, intervenant en toxicomanie, en santé mentale, infirmières, etc.. Pour moi, ça indique clairement que quelque chose ne va pas. Il manque un « pont » entre les aidant et les « aidé potentiel » (Santé Mentale, p.xiv).

-    Les indicateurs d’intériorisation sont plus élevés chez les filles et d’ extériorisation plus élevés chez les garçons. Les indicateurs d’intériorisation correspondent à des états émotifs ou à des traits psychologiques qui peuvent avoir des effets négatifs sur tous les secteurs de la vie, y compris la capacité de fonctionner. On peut citer par exemple la faible estime de soi, la dépression et l’anxiété. Les indicateurs d’extériorisation concernent des problèmes qui consistent principalement en problèmes de conduite ou en comportements antisociaux, par exemple des actes criminels, de la violence et de l’intimidation. De tels comportements ont des effets négatifs non seulement sur les personnes en cause, mais aussi sur l’ensemble de la société.

-    On observe une diminution de l’intimidation.


Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :
Diapositives | Enregistrement | Biographies des présentateurs


Pour en savoir plus et autres liens utiles :
-    Résumé du rapport de 2013 sur la santé mentale et le bien-être selon le SCDSEO
-    2013 OSDUHS Mental Health and Well-Being Report
-    Drug Use Among Ontario Students, 1977-2013: Detailed OSDUHS Findings
-    La santé des francophones de l’Ontario Un portrait régional tiré des Enquêtes sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC)


-    Maison Fraternité : Services spécialisés dans le traitement des toxicomanies
o    Services aux adolescents et à leur famille
-  Services externes : 613-562-1415
-  Centre résidentiel pour adolescents : 613-746-7504
-  Lien Internet : www.maisonfraternite.ca
Dépliant centre résidentiel pour adolescents de Maison fraternité

-    Ligne de crise (pour enfants, jeunes et familles) : 613-260-2360; 1-877-377-7775

-    Parents : lignes de secours de l’est de l’Ontario (PLEO) : 613-321-3211; 1855-755-7005

-    Centre psycho-social d’Ottawa-Carleton : services en santé mentale pour enfants, jeunes et familles : 613-789-2240

-    Bureau des services à la jeunesse (jeunes et familles): 613-729-1000

-    Centre de gestion de sevrage d’Ottawa : 613-241-1525

Partager cet article :

0
« Comment mange-t-on un éléphant? »
Merci à tous de nous pousser toujours plus loin !

Commentaires

 
Pas encore de commentaire
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Guest
jeudi 14 novembre 2019
Vous ne disposez pas des droits nécéssaires pour poster un commentaire.

Le blogue